Photographie Luxembourg

Photographie artistique – mon parcours à travers les photos les plus récentes

Comment fonctionne l’appareil photo numérique – part II

6October
2015

Aujourd’hui, je continuer à élaborer le sujet du fonctionnement de  – en continuation de l’article précédent

La formation d’une image en couleurs

Peut-être de certains lecteurs ont déjà remarqué que le capteur d’un appareil photo numérique tel que décrit ci-dessus ne sera capable que de percevoir les images en noir et blanc uniquement. C’est absolument correct – la photodiode ne détecte que l’intensité de la lumière, mais n’est pas capable de déterminer la couleur – qui varie en fonction de la longueur d’onde de la lumière, ou bien en d’autres termes, en fonction de l’énergie spécifique des photons.

Pour résoudre ce problème, chaque photodiode se fait munir d’un filtre de lumière rouge, verte ou bleue. Le filtre rouge transmet les rayons rouges, mais retarde les rayons bleus et verts – les filtres vert et bleu fonctionnent de façon similaire en laissant passer uniquement les rayons de la même couleur. En conséquence, chaque photodiode devient sensible seulement à une gamme limitée des ‘ondes lumineuses.

Les filtres colorés couvrant les photodiodes forment un motif – ou une mosaïque – appelé un réseau de filtres couleur. Il existe de nombreuses variantes des positions mutuelle des filtres, mais la plupart des appareils photo numériques utilisent le filtre de filtre, constitué à 25 % des éléments rouges, à 25 % des éléments bleu et à 50 % des éléments verts (l’utilisation de la double quantité des filtres verts est due au fait que l’œil humain est extrêmement sensible aux rayons lumineux vert, ce qui fait que toute inexactitude au niveau du canal de transmission du vert dans l’image sera particulièrement visible).

L’image obtenue par le réseau de filtres couleur n’est pas en pleine couleur, car chaque photodiode de l’appareil photo n’indique au processeur que les informations d’une des couleurs primaires seulement: rouge, vert ou bleu. Le processeur de l’appareil photo analyse les données des éléments voisins – grâce aux algorithmes d’interpolation, il calcule les valeurs des couleurs rouge, vert et bleu pour chaque pixel et obtient en fin de compte une image RGB en couleur.

Malheureusement, le prix à payer pour l’image en couleur est la diminution de la sensibilité du capteur – en cas du filtre Bayer, un tiers du flux lumineux atteigne les photodiodes. En outre, la netteté se fait réduire également. La résolution du capteur déclarée par le producteur photo se réfère à la résolution d’une image en noir et blanc, tandis que l’image de couleur est formée par interpolation des pixels voisins ce qui estompe l’image.

En outre, le capteur avec un réseau de filtres couleur fonctionne assez mal dans les conditions d’un éclairage monochrome – par exemple, uniquement les photodiodes rouges fonctionnent pleinement dans les conditions de la lumière des lampes au sodium basse pression, les verts reçoivent un minimum de lumière, et les bleus ne perçoivent aucune information. La photo en résultante devient donc granuleuse même lors des valeurs modérées de l’ISO – l’image est restaurée presque exclusivement sur la base des pixels rouges qui ne font que seulement 25 % de la surface totale capteur.

Il existe des approches alternatives pour l’obtention d’une image en couleur – comme les systèmes 3CCD ou Foveon X3 – mais ils ont d’autres désavantages, à leur tour, et sont nettement moins répondus par rapport au filtre Bayer.

La pré-filtration de la lumière

Au-dessus du filtre Bayer et les microlentilles, le capteur est couvert par un filtre supplémentaire, transparent pour la lumière visible mais imperméable aux rayons infrarouges. La nécessité de filtrer les rayons infrarouges est dictée par une haute sensibilité du capteur aux rayons. Le filtre infrarouge coupe les rayons de lumière ayant la longueur d’onde supérieure à 700 nm et accorde la gamme des fréquences perçues par le capteur avec la sensibilité de l’œil humain.

Pour réaliser la prise des photos dans la plage infrarouge, il existe des appareils photos spéciaux sans filtre infrarouge.

Le capteur de l’appareil photo numérique est peu sensible envers les UV (dont la longueur d’onde est inférieure à 400 nm) – on n’a pas besoin de UV filtre spécial.

À part du filtre infrarouge, le capteur est souvent doté d’un filtre à baise fréquences – un filtre de lissage dont la tâche est de flouer légèrement l’image: si l’objet photographié a des zones avec de fins détails minuscules dont la taille est comparable à celle des photodiodes du capteur, lors de la numérisation de l’image il peut apparaître des artefacts non-naturels tels que le moiré. Le filtre lisse les détails minuscules de l’image – il diminue la fréquence du signal analogique jusqu’à un niveau qui ne dépasse pas le taux d’échantillonnage. Cela permet de réduire le risque d’apparition des artefacts au coût d’une légère baisse de la netteté de l’image finale.

Plus élevée est la résolution de l’appareil photo numérique, moins on nécessite l’utilisation du filtre de lissage – les modèles les plus récents sont de plus en plus produits sans un tel filtre. Si la capteur a une résolution de 15 à 20 mégapixels, les aberrations d’objectif et la diffraction à l’ouverture du diaphragme fournissent un inévitable flou naturel, ce qui rend la détérioration de la netteté à l’aide d’un filtre de lissage superflue.

Maintenant vous êtes plus familiers avec le fonctionnement d’un appareil photo numérique, et avez une idée assez précise des faiblesses techniques de la photographie numérique à l’étape actuel de son développement.

Il va sans dire que ces données complètent, mais en aucun cas ne remplacent guère la compréhension profonde et complète de l’exposition.

publié sous Conseils photo

Email will not be published

Website example

Your Comment: