Photographie Luxembourg

Photographie artistique – mon parcours à travers les photos les plus récentes

Format photo : RAW ou JPEG ? – part 2

1October
2014

Cet article est publié en tant que suite de mon article précédent qui traite le même sujet et que vous trouverez sous le lien : Format photo : Raw ou JPEG ? – part 1

Conseils relevants pour le format JPEG

Lorsque vous photographiez au format JPEG, grosso modo votre travail être est terminé dès que le déclencheur a été appuyé – ainsi, toute décision quant à la finalité de l’image doit être prise avant, et les paramètres de votre appareil doivent être réglés au préalable de façon à pleinement correspondre aux conditions de la prise de vue.

L’exposition

L’exposition doit être parfaite – vous aurez la possibilité de légèrement éclairer les ombres, mais les zones surexposées seront perdues à jamais.

Lors de la détermination de l’exposition, il faut s’orienter aux objets représentatifs, même si cela peut entraîner la sur- ou sous-exposition des éléments latéraux.

La balance des blancs

Il faut régler la balance des blancs au mieux possible, car la correction ultérieure des fichiers JPEG est très pénible – apprenez donc à bien maîtriser le réglage de la balance des blancs ; dans des situations critiques, réglez-la manuellement.

Le style de l’image

Style d’image définit l’apparence générale du résultat final et affecte les paramètres du contraste, de la luminosité, de la saturation des couleurs, de la balance des couleurs et de la netteté.

Malgré le fait que toutes ces paramètres peuvent être ajustées à posteriori à l’aide des rédacteurs graphiques, il vaut mieux bien définir le style au moment de la prise de vue.

En cas de doute, préférez les styles plus neutres qui ont de moindres valeurs du contraste, de la saturation et de la netteté – par la suite, ces paramètres se laissent renforcer assez facilement, mais il est très difficile de les amoindrir sans endommager l’image.

La qualité

Je vous conseille d’enregistrer les photos en haute qualité, c’est-à-dire avec le rapport de la compression le plus bas.

Vous pourrez toujours réenregistrer vos images en une moins haute qualité, mais il ne sera pas toujours possible de se débarrasser des artefacts issus lors de la compression. Choisissez la résolution nécessaire en fonction de vos besoins pratiques.

L’espace colorimétrique

Si sRGB ne est pas choisi par défaut, vous devez le choisir manuellement : cette espace de couleur est la plus polyvalente – en la sélectionnant, vous vous assurez contre l’affichage fautif des couleurs par de différents logiciels.

La réduction du bruit

Il est conseillé de choisir le niveau minimum de la réduction du bruit afin que les images ne paraissent pas trop artificielles. Ce sera encore mieux, si on pourrait définir automatiquement le niveau de la réduction de bruit en fonction de la valeur de la sensibilité ISO choisie.

La rédaction

Comme j’ai déjà mentionné dans la première partie de cet article, les fichiers en format JPEG ne conviennent pas pour le traitement profond. Cela n’exclue par contre pas la possibilité de leur rédaction minimaliste – une légère augmentation du contraste, la saturation des couleurs et la netteté sélective sont donc toujours possibles, ainsi que l’éclairage des ombres très délicat.

Conseils relevants pour le format RAW

Capturez vos photos en format RAW tout en tenant dans la tête la nécessité de leur post-traitement ultérieur :-)

En choisissant les paramètres de la prise de vue, il ne faut pas seulement prendre en compte les conditions de l’entourage actuel, mais il faut aussi prévoir en avance les subséquentes étapes de la réalisation créative de votre œuvre. Plus clairement vous vous imaginez votre future stratégie de la conversion de la photo, plus facilement vous gérerez tout le processus.

L’exposition

Exposez l’image en fonction des zones éclairées – si votre sujet a un contraste élevé, l’image résultée peut être assez sombre. Ceci par contre n’est pas grave – vous pouvez facilement amoindrir les contrastes en convertisseur RAW, tout en préservant les détails dans les zones correctement éclairées. Il convient de se rappeler que lors de la prise de vue, vous n’attendez pas à recevoir le résultat final, mais plutôt une base flexible pour votre future photo.

Si vous utilisez l’histogramme pour déterminer l’exposition, n’oubliez pas qu’elle est présentée sur la base de JPEG miniature – elle est donc nécessairement influencée par le paramétrage de la balance des blancs et du style d’image choisi, et dans de certains cas elle peut ne pas correctement refléter la réelle exposition. Au fil du temps, on apprend bien sûr à reconnaître de telles problématiques et y réagir au préalable.

La balance des blancs

Lors de la prise de vue, le paramétrage de la balance des blancs n’affecte aucunement les données brutes en RAW, mais il influence l’histogramme – il est donc logique d’ajuster la balance des blancs (au moins approximativement) en sélectionnant l’un des modes prédéfinis.

Le style de la photo

Le choix du style de l’image ne vous oblige à rien, mais personnellement, je suis contente lorsque sur l’écran de mon appareil photo les images ont déjà l’air présentable. Si vous n’avez pas le temps pour une esthétique similaire, définissez donc le style en tant que neutre.

La qualité

Choisissez le calibrage le plus élevé soutenu par votre appareil photo – typiquement, c’est celui de 14 bits. La différence entre 12 bits et 14 bits n’est pas seulement de 2 bits, mais de 12.288 valeurs tonales qui sont très importantes si vous visez à extraire le maximum d’information du capteur du camera.

Il ne faut pas nécessairement avoir peur de la compression – elle n’affecte pas la qualité de l’image, elle seulement de façon considérable la taille des fichiers RAW.

L’espace colorimétrique

L’espace de couleur défini par l’appareil (sRGB ou Adobe RGB) n’a aucune valeur – elle ne restreignent aucunement le choix de l’espace de couleur à la sortie des images du convertisseur RAW.

Cependant, je préfère sélectionner sRGB, pour le cas – si jamais – je vais prendre quelques photos en format JPEG.

La réduction des bruits

On peut ignorer les paramètres de la réduction du bruit, à l’exception de la suppression de bruit d’obscurité soustractif aux lentes vitesses d’obturation – il affecte les JPEGs et les RAWs.

La rédaction

Encore un article va suivre bientôt, à ce sujet :-)

publié sous Conseils photo

Email will not be published

Website example

Your Comment: