Photographie Luxembourg

Photographie artistique – mon parcours à travers les photos les plus récentes

Les critères pour la sélection des objectifs – part 1

27August
2014

Il n’existe pas de focales idéales, mais il y a des focales presque parfaitement adaptées pour atteindre les objectifs photographiques spécifiques – plus clairement que vous vous imaginer vos tâches spécifiques, plus il vous sera facile d’en choisir les mieux adaptés.

Afin de vous aider à porter votre choix, je vais énumérer leurs caractéristiques les plus importantes et énumérer les situations dans lesquelles ces propriétés sont très importantes, ainsi que celles dans lesquelles on peut les ignorer.

Les principaux paramètres

Les objectifs ont deux paramètres de base – la distance focale et l’ouverture. Reflétés dans la dénomination de toute lentille, ils sont facile à comprendre.

La distance focale

La distance focale est la distance entre le centre optique de l’objectif et le capteur du caméra, exprimée en millimètres. On spécifie une seule valeur pour les lentilles avec une focale fixe (par exemple, 50 mm), et une gamme des valeurs variables pour les lentilles de zoom (tels que 24-85 mm).

Plus élevée est la distance focale, moins est l’ongle de vue et plus grand est l’agrandissement de l’image finale – les objectifs télé sont généralement utilisés pour photographier des sujets éloignés, tandis que les lentilles de grand angle ont, au contraire, un angle de vision plus large et sont capables de capturer de zones plus vastes.

Aucune longueur focale ne peut pas être mieux ou pire que une autre – tout dépend de concrets besoins du photographe. Les objectifs télé sont essentiels pour capturer des images de la faune, du reportage, des portrait. Un objectif grand angle est indispensable lorsqu’on photographie des paysages et des intérieurs. Les objectifs aux focales extrêmes sont toujours plus lourds et plus chers que les lentilles standards.

Le rapport entre la valeur maximale et la valeur minimale de la distance focale à focale variable est appelée la multiplicité du zoom. Ce paramètre est très aimé par les vendeurs de l’équipement photographique – selon leurs assurances, plus ce rapport est élevé, mieux c’est. Mais en fait, la multiplicité du zoom n’a absolument aucune valeur – en tant que valeur relative, elle ne caractérise guère la gamme spécifique des distances focales. Par exemple, un objectif avec une focale de 16-35 mm a le rapport de zoom égal à 2, et celui de 70-300 mm – le rapport de zoom égal à 4; est-ce qu’alors le seconde est meilleur que le premier? Aucunement – après tout, si avez besoin d’un objectif grand-angle, celui de 70-300 mm ne vous aidera guère, tandis que le 16-35 mm vous sera très utile. En outre, un rapport de zoom élevé signifie toujours une conception assez complexe de l’objectif – donc, une faible luminosité, une médiocre netteté, la grande taille, le poids élevé et le coût cher.

Dans beaucoup de situations, il est possible de capturer les photos à l’aide des lentilles à focale fixe qui sont toujours plus nettes, plus petites et plus légères.

La luminosité

La luminosité est l’ouverture maximale de l’objectif, ou, en d’autres termes, la valeur minimale de l’ouverture.

Elle est exprimée en tant que le rapport de la distance focale sur le diamètre de l’ouverture.

Par exemple, ouverture f/4 signifie que le diamètre de l’ouverture est 4 fois plus petit que la distance focale.

De nombreux objectifs zoom ont valeur d’ouverture variable qui se change en fonction de la distance focale. Dans de tels cas, on indique la gamme des valeurs, par exemple, f/3,5-5,6 – dans cet exemple, la valeur f/3,5 est relevant pour le grand-angle, et f/5,6 – pour la position télé.

Les focales fixes sont considérées en tant que lumineuses si leur ouverture minimale est inférieure à f/2 ; pour les zooms la valeur de référence est fixée à f/2,8.

Plus la luminosité est élevée (donc, moins est la valeur f), plus la lumière passe à travers de la lentille, et donc plus courtes sont les vitesses d’obturation utilisées – en d’autres termes, généralement, plus la luminosité est élevée, mieux c’est (sauf en cas, par exemple, des photographes de paysage qui prennent toujours les photos avec l’ouverture f/8 ou plus – ici, la luminosité n’a pas de sens en pratique).

Les objectifs lumineux sont toujours plus grands et plus chers que leur homologues plus sombres.

La qualité d’image

Ci-dessous, je vais énumérer les propriétés des objectifs qui impactent directement la qualité de l’image.

Malheureusement, on ne peut pas toujours les définir sans ambiguïté, de plus, la qualité de l’image est une chose très subjective – donc, l’exposé suivant vise à donner des lignes-directrices, plutôt que définir des critères rigides.

La netteté

La netteté détermine la capacité de transmettre les petits détails sur l’image.

Tant que la netteté se laisse mesurer assez facilement, elle est souvent utilisée comme quasiment le seul critère de comparaison de différentes focales. Mais en fait, la netteté n’est pas le seul ni le principal facteur qui détermine la netteté de l’image: les erreurs de la mise au point, le flou de bougé, la diffraction, les propriétés de la matrice affectent la netteté de l’image pas moins que la qualité de l’optique qui méritent rarement reproche.

La plupart des objectifs livrent la netteté très acceptable, et les principales limitations de la netteté dépendront de vos propres compétences.

Bien sûr, il ne faut pas faire un culte de cette caractéristique – de certains objectifs sont moins nets que les autres en raison des caractéristiques de leur conception, ce qui est tout à fait normal : les super-zooms ne sont pas trop nets, mais sont par contre très polyvalents. Par leur nature, les zooms à grand angle produisent les images moins nettes sur les bords. Les objectifs macro et les focales fixes sont toujours les plus nets.

Le contraste

Le contraste de la lentille est sa capacité à transmettre la différence entre les objets les plus lumineux et les moins éclairés.

Le contraste ne devra pas être confondu avec la netteté, qui signifie plutôt la précision des contours, tandis que le contraste global caractérise la relation entre les lumières et les ombres de l’image.

Dans des conditions normales, tous les objectifs modernes fournissent un excellent contraste. La différence entre un bon et un mauvais objectif devient perceptible seulement en contre-jour, lorsque les zones sombres se couvrent d’un voile blanchâtre suite à la sur-exposition.

Pour améliorer le contraste, il faut fermer la diaphragme.

Les reflets

Les reflets se produisent en contre-jour lorsqu’il y a une source de lumière brillante. Les lentilles complexes avec un grand nombre d’éléments optiques forment les reflets en guirlandes. Les reflets peuvent décorer l’image, mais généralement il vaut mieux qu’ils ne soient pas trop vifs ni gênants.

Le bokeh

Le bokeh, ou bien le caractère des zones hors de mise au point de l’image – est un critère purement subjective. La plupart des photographes apprécient un léger flou discret, mais le bokeh sous forme de disques distinctes – ou même des anneaux – trouve ses admirateurs également.

Le vignettage

Le vignettage est un assombrissement de l’image sur les bords.

Habituellement, le vignettage est très visible lorsque l’on utilise les ouvertures maximales.

Le vignettage est considéré comme défaut uniquement s’il est de nature asymétrique ou a des bords définis.

Le vignettage modéré se laisse corriger facilement lors du traitement de l’image ou même par l’appareil photo.

En plus, les bords légèrement plus sombres de l’image détourne l’attention du spectateur de la périphérie sur le centre de l’image, ainsi en améliorant la composition.

Beaucoup de photographes ajoutent même le vignettage manuellement lors du post-traitement afin de mieux accentuer et faire ressortir le sujet principal sur la photo.

Les aberrations chromatiques

Les aberrations chromatiques sont dues au fait que la lentille focalise les rayons de différentes couleurs un peu différemment.

Les aberrations chromatiques sont visibles sur les bords de l’image et ressemblent à une bordure colorée autour des objets.

Dans le passé, les aberrations chromatiques présentaient un problème grave, tout en réduisant considérablement la netteté de l’image.

Aujourd’hui par contre, il n’y a plus rien à craindre – de plus en plus de caméras sont capables de les corriger automatiquement. En plus, les aberrations chromatiques peuvent être corrigées de façon efficace dans les convertisseurs RAW.

La distorsion

La distorsion peut être facilement corrigée lors du traitement des images, mais une telle correction entraîne généralement une légère baisse de netteté.

La distorsion produite par le Fisheye apparaît comme une forte qualité et n’est bien sûr pas considérée comme désavantage.

La reproduction des couleurs

En raison du fait que de différents fabricants utilisent de différents verres, ainsi que de différentes technologies de l’illumination, l’équilibre des couleurs de l’image se diffère en fonction de marque de la lentille utilisée.

Par exemple, les objectifs Sigma donnent une tonalité chaude, ceux de Tokina – une tonalité froide, Nikon et Canon sont généralement neutres.

Tout cela n’a pas vraiment d’importance, car même en présence d’un changement de couleur, il est assez facile d’ajuster la balance des blancs.

publié sous Conseils photo

Email will not be published

Website example

Your Comment: