Photographie Luxembourg

Photographie artistique – mon parcours à travers les photos les plus récentes

Paramètres de l’appareil photo – part 1

6April
2015

En choisissant un appareil photo numérique, on doit commencer à partir de l’analyse de ces propres besoins, et non par une série limitée de critères (comme nombre de mégapixels et la valeur maximale de l’ISO) que les fabricants et vendeurs du matériel photographique essaient de vous imposer.

Cet article vise à décrire les paramètres des appareils photo importants pour les séances photo, ainsi que eux qui ne servent que d’appât pour l’acheteur non-averti.

La résolution

Au début des années 2000, la résolution était un paramètre important lors du choix d’un appareil photo numérique, mais aujourd’hui on doit faire un grand effort pour trouver un appareil photo avec une résolution inférieure à 12 mégapixels – celle qui permet d’emblée l’obtention d’une très bonne qualité des photos.

Les mégapixels ne caractérisent aucunement le professionnalisme de l’appareil – le nombre de mégapixels de certains modèles professionnels n’est guère plus élevé que celui des modèles amateurs.

Une haute résolution (à partir de 20 mégapixels) augmente potentiellement le détail des photos, mais en même temps démontre les imperfection des focales utilisées et – le cas échéant – l’incompétence du photographe …

Le nombre excessif de mégapixels ne servira pas à grand chose sans utilisation de bonne optique et le savoir-faire de la gérer, tandis que la taille des fichiers jpg augmentera de manière significative.

La taille du capteur

La taille du capteur est un critère très important, car il affecte directement la qualité de l’image.

Plus la surface efficace du capteur est grande, les plus de nuances des couleurs l’appareil peut enregistrer par une unité de temps.

Cela équivaut une gamme dynamique plus élevée et un niveau de bruit plus faible.

On n’a pas forcément besoin d’acheter un appareil photo avec un capteur “full frame”, mais il est souhaitable que son “crop-factor” ne soit pas plus élevé que 1,5-2.

La valeur maximale de l’ISO

Dans la plupart des cas, la valeur maximale de la sensibilité du caméra (l’ISO) est un chiffre abstrait.

L’augmentation de l’ISO se fait par l’amplification du signal original du capteur : il se laisse renforcer à l’infini – et les producteurs en profitent.

Lors d’une telle amplification, ensemble avec le signal utile, le bruit de l’appareil s’amplifie à son tour, ce qui rend au final la valeur maximale de l’ISO totalement inadaptée à une utilisation en pratique.

D’habitude, les valeurs d’ISO acceptables se trouvent 3-4 degrés en dessous de la valeur maximale déclarée par le fabricant.

Le viseur

Exception faite des appareils photo compacts, tous les caméras reflex modernes sont par défaut équipés du viseur oculaire.

Cela oblige le photographe de composer la photo en tenant l’appareil dans les mais – ce qui pourrait parfois avoir un impact sur sa stabilité.

L’option Live View est certes utile lorsqu’on photographie sous l’angle inhabituel, ou lorsque l’appareil est monté sur un trépied, mais elle ne peut jamais servir d’un remplacement du viseur.

La couverture de l’image dans le viseur

Dans de certains modèles des caméras reflex, l’image visible par le viseur diffère des images finales – souvent, le viseur ne couvre que 95 – 98 % de la surface.

Ceci ne doit pas vous préoccuper – la différence entre 100 % et 95 % est assez faible, et même l’image va contenir des détails étrangers, on pourra toujours la cadrer un peu.

La pentaprisme versus le pentamirror

Dans de certains appareils photo reflex moins chers, le verre du viseur est remplacé par un pentamiroir plastique, ce qui rend l’image transmise par le viseur un peu moins lumineuse, mais réduit considérablement le poids de l’appareil.

L’écran

Les photos se laissent visionner plus à l’aise sur des écrans plus grands disposant d’une plus grande résolution.

L’écran pivotant est une excellente option permettant la prise des photos à partir des positions les plus inconfortables – cependant, la plupart des appareils reflex professionnels ne sont pas dotés d’un tel écran pivotant.

La vitesse du tir en rafale

Ce paramètre est très important pour les prises de vue de reportage, les compétitions sportives, ainsi que pour les photos de la vie sauvage.

La vitesse des meilleurs appareils photo de reportage est de 10 à 12 images par seconde, mais même 7 images par seconde est une très bonne vitesse.

Pour les prises des photos en studio, les photos de paysages ou d’autres sujets sédentaires ce critère n’a absolument aucune valeur.

La vitesse d’obturation maximale

L’obturateur des caméras professionnels est capable de tirer avec la vitesse allant à 1/8000 seconde, tandis que la vitesse de celui des caméras amateurs ne dépasse généralement pas 1/4000 seconde.

Le nombre de points de mise au point

Même le plus simples modèles des caméras reflex ont maintenant environ dix points de mise au point – et on peut bien s’en servir.

Il est par contre beaucoup plus important que les points de mise au point ne soient pas trop centrés – qu’ils soient distribués de façon uniforme dans le cadre – ceci est par contre un problème pour de certains modèles assez chers (les points de mise au point périphériques sont parfois sous-représentés).

Le minuteur

Le minuteur est souvent utilisé lorsqu’on travaille avec un trépied – il est souhaitable qu’il soit facilement activé en appuyant sur un bouton dédié.

Le déclencheur à distance

Le déclencheur à distance est encore plus préférable que le minuteur – un bon appareil photo doit soutenir le déclencheur à distance soit avec une télécommande infrarouge (l’option la plus pratique), soit par l’utilisation d’un câble spécial.

Le verrouillage du miroir

Lorsqu’on prend les photos, les vibrations de l’appareil reflex causé par les mouvements du miroir peut détériorer la netteté des images.

Ce problème se laisse résoudre en verrouillant au préalable le miroir – cette fonction est facilement accessible dans les bons appareils photos, et manquent // est profondément enfouie dans le menu dans les modèles médiocres.

La prévisualisation de la profondeur de champ

L’option de la prévisualisation de la profondeur de champ est importante pour les caméras argentiques, mais pas nécessairement pour les appareils photo numériques – la profondeur de champ se laisse facilement évaluée en tirant une photo d’essai.

Les régimes de la détermination de l’exposition

Peu importe de combien de modes uniques dispose votre appareil photo – pourvu qu’il possède des quatre régimes classiques de la détermination du mode de l’exposition – P, S, A, M.

Ce quartet traditionnel fournit tout contrôle nécessaire et suffisante sur l’exposition.

Les modes de scène et les effets spéciaux

La présence de vingt différentes icônes sur le sélecteur des modes de la prises des vues est le signe le plus clair d’un caméra amateur : on peut les ignorer, car ils sont complètement inutiles.

Les réglages personnalisés

La possibilité d’enregistrer des paramètres personnalisés et puis basculer rapidement entre de tels préréglages accélère et facilite le travail – il est regrettable que cette utile option n’est pas toujours disponible.

La compensation de l’exposition

L’utilisation des modes automatiques déterminant l’exposition n’est pas impossible sans les régimes de la compensation de l’exposition.

Cette option doit est facilement réglable par un universel disque de commande séparé (ou en conjonction avec la touche +/-).

La gestion de la compensation d’exposition par le menu est absolument inacceptable.

L’histogramme de couleur

L’histogramme de trois canaux (rouge vert bleu) est nécessaire pour une évaluation précise de l’exposition de l’image – l’histogramme fonctionnant en temps réel permet de régler l’exposition avant le lancement de l’obturateur, mais c’est une option très rare.

publié sous Conseils photo

Email will not be published

Website example

Your Comment: