Photographie Luxembourg

Photographie artistique – mon parcours à travers les photos les plus récentes

Le paradoxe de notre temps

3July
2012

Le paradoxe de notre temps est que nous avons de grands bâtiments- et une baisse tolérance, de larges routes – et des vues plus étroites.

On dépense plus, mais en fin de compte on a moins.

On achète plus, pourtant on ne se réjouit guère.On a de grandes maisons, mais de petites familles.

On dispose des meilleures commodités, mais on a moins de temps.

On a une meilleure éducation, cependant on a moins de rationalité.

On a de meilleures connaissances, mais on évalue la situation moins bien.

On a plus d’experts, et plus de problèmes.

On a une meilleure médecine, mais l’état de la santé est souvent moins bien.

On boit trop, on fume trop, on dépense l’argent trop témérairement, on rit trop peu, on conduit trop vite, on se met en colère trop facilement, on va se coucher trop tard, on se lève trop fatigué, on lit trop peu, on regarde la télévision trop souvent.

On a des demandes augmentées – et des valeurs réduites.

On parle trop, on aime trop rarement, on haït trop souvent.

On sait comment survivre, cependant on ne sait plus comment vivre.

On ajoute des années à la vie humaine, mais on n’ajoute pas de vie aux années.

On a atteint la lune, mais on fait difficilement les connaissances avec de nouveau voisins.

On conquêt l’espace, mais pas l’espace émotionnel.

On purifie l’air, mais on pollue son âme.

On a subjugué l’atome, mais pas les préjugés.

On écrit plus, mais on apprend moins.

On planifie plus, mais on atteint moins.

On a appris à se précipiter, mais pas à attendre.

On crée de nouveaux ordinateurs, mais on communique de moins en moins.

On vit dans l’époque de la restauration rapide et d’une mauvaise digestion, des grands hommes et des petites âmes, des profits rapides et des relations difficiles.

On vit dans le temps de croissance du revenu des ménages, et du nombre de divorces.

On vit dans l’ère des courtes distances, les couches jetables, des relations à une nuit, des pertes du poids et des pilules qui savent tout faire tout : exciter, calmer, tuer.

Dans l’époque des vitrines pleines et des entrepôts vides.

Dans le temps où la technologie permet de vous livrer une lettre, de la partager, ou simplement d’appuyer sur le bouton “Supprimer”.

Consacrez plus de temps à ceux que vous aimez, car ils ne sont pas avec vous pour toujours.

Souvenez-vous en, et pressez chaud au cœur vos proches – c’est le seul trésor que vous pouvez donner de tout votre cœur, et il ne coûte pas un seul centime.

Dites-leur “je vous aime”, mais ressentez-le d’abord.

Appréciez les moments où vous êtes ensemble, car qu’un jour, ils ne seront plus près de vous.

Prenez du temps pour l’amour, pour communiquer, pour partager tout ce que vous avez à dire.

Car la vie ne se laisse pas mesurer par le nombre de respirations, mais surtout par les moments qui vous ont coupé le souffle !

publié sous Philosophie

Email will not be published

Website example

Your Comment: