Photographie Luxembourg

Photographie artistique – mon parcours à travers les photos les plus récentes

Photo nocturne

17June
2014

Cette fois-ci, quelques mots sur la photographie nocturne :-)

Nuit à Paris

Nuit à Paris

Car réussir une photo dans après la tombée de nuit n’est par toujours évident. La nuit, l’éclairage naturel disponible se résumé à la lune et les étoiles, ce qui est loin d’être suffisant.

Si votre appareil photo est équipé d’un flash intégré, dans l’obscurité, il doit en principe pouvoir permettre d’obtenir les photos des personnes / des objets qui se trouve à votre proximité. Par contre, un tel flash intégré ne sera pas suffisant pour éclairer les objets à distance – dans de tels cas, sur les photos il n’y aura qu’un fond noir uniforme.

Et si l’on considère en plus que le flash intégré résulte en une forte surexposition des zones claires (la surexposition du visage, des vêtements blancs, etc.), ainsi qu’en une lumière directe très contrastée, dans la plupart des cas les images se résumeront en des silhouettes surexposées sur le fond noir. C’est pour cette raison qu’il restreint les possibilités – lorsqu’il fait sombre, ne capturez les photos avec un flash qu’à partir de la distance de deux mètres, et pas plus loin que cinq ou six mètres, en fonction de sa puissance.

On peut bien sûr manipuler de telles images par la suite dans des rédacteurs graphiques en remplaçant l’arrière-plan et en modifiant le premier plan – mais lorsqu’on essaye de modifier de telles, il y a un fort risque d’apparition des artefacts. Afin de les éviter, il vaut mieux utiliser les sources de lumière supplémentaires.

Et en ville, les lanternes et les panneaux lumineux vont déjà pas mal aider à la tombée de la nuit – car s’il y a des objets éclairés à l’arrière-plan, même s’ils sont plus foncés que les objets sur le premier plan, ils créeront du volume additionnel, par opposition à un arrière-plan noir uni. Il en est de même si on peut profiter de la voiture (généralement, les phares permettent dans de certaines situations éclairer l’arrière-plan), ou bien des lumières de poche qui donnent de mêmes effets moins prononcés.

En résumé, le concept est le suivant : tant que la photo comprend des objets éclairés à l’arrière-plan, l’utilisation du flash – surtout au régime dispersé – peut bien éclairer les principaux objets au premier plan et donc réussir une photo expressive.

Il est très important de définir correctement la vitesse d’obturation pour la prise de vue dans ces conditions nocturnes (une série de prises de vues avec des paramètres différents aide à en choisir la correcte), et ici, il est nécessaire de tenir dans la tête que l’intensité lumineuse d’un objet diminue plusieurs fois plus vite en fonction de la distance jusqu’à la source de lumière. En d’autres termes – une personne se trouvant à deux mètres d’une lanterne paraîtra éclairée quatre fois plus que une autre personne se trouvant à quatre mètres de la même lanterne.

Si pendant la journée, le soleil – la principale source de lumière, éloigné pour autant que les distances terrestres deviennent négligeables – n’affecte pas la différence au niveau de l’éclairage. Par conséquent, lorsqu’il il fait jour, la lumière du soleil peut être considérée en tant qu’un éclairage uniforme – les objets proches et les objets lointains sont tous uniformément lumineux.

Ce qui nous permet de faire une observation suivante – plus la source de lumière est éloignée des objets photographiés, plus uniforme est l’éclairage des-dits objets. Mais au même temps, cela nécessite une augmentation substantielle de la puissance de la source de cette lumière. Les étoiles créent un éclairage très uniforme, mais le pouvoir de cet éclairage n’est clairement pas suffisant ! Ce manque de lumière artificielle est compensé par l’utilisation de flash qui augmente de façon substantielle l’efficacité de l’éclairage.

Un autre point important – l’automatique du flash estime l’éclairage total de la photo. Si par chance un objet proche (une main, une branche d’arbre, etc.) entre dans la photo, l’appareil photo l’inclut la luminosité de cet objet dans le calcul global, ce qui résultera en une image plus sombre. 

Si vous avez la possibilité d’installer un flash externe sur votre appareil photo, il faut sans doute profiter de cette opportunité – installez-le un peu à l’écart du caméra, cela permettra d’éviter les ombres trop prononcées d’une source de lumière dirigée trop directement sur l’objet photographié.

Ici, bien sur, les compromis sont parfois nécessaires – ainsi, la nuit, il est peu probable d’obtenir une bonne photo des objets se déplaçant à pleine vitesse, mais on sera quand même en mesure de réaliser de bonnes photos statiques.

Quand moi, je prends les photos nocturnes, je règle mon appareil photo sur le mode manuel en choisissant les paramètres de l’ouverture et de la vitesse d’obturation par expériences. Parfois il m’est impossible de réaliser une photo sans trépied.

La nuit, même s’il y a de nombreux feux et des panneaux lumineux, il y a beaucoup d’endroits à l’éclairage insuffisant – le flash est donc un ajout important. Mais généralement, essayez d’utiliser les possibilités offertes par la ville, ainsi que de choisir les endroits le mieux éclairés pour les prises de vue (veillez par contre à éviter l’exposition directe de vos objectifs à la lumière des lanternes).

En général, il ne faut pas essayer de faire une “image de jour” la nuit – au contraire, il vaut mieux souligner la beauté, le romantisme et l’ambiance de la nuit.

Email will not be published

Website example

Your Comment: